10 octobre 2014

DECAPAGE CHIMIQUE

Un lot de pièces restait à décaper dont les sièges, la tôle du dessus du tableau de bord, les jantes et une paire de filtres à air Knetch d'origine.

Les pièces de retour du décapage :

IMG_5423.jpg

Pour faire suite à cette NOTE, il y a 1 Lemmerz et 4 KPZ (une 5° KPZ est en cours d'acheminement depuis les USA, elle remplacera la Lemmerz). Cela reste à vérifier sur une balance mais la Lemmerz semble plus lourde que les KPZ ! A suivre ...

 IMG_5425.jpg

Depuis le début de la resto, toutes les pièces de la 356 y sont passées : le capot avant, le capot arrière, les portes, les pare-chocs, les tôles moteur, les éléments de train avant, de train arrière ... bref tout ce qui a pu rentrer dans les bains a été décapé chimiquement, hormis la caisse finalement en raison de la taille des bacs !

Aucun risque de déformation avec le chimique pour des pièces sensibles comme les capots ou les portes, ce qui n'est pas toujours le cas du sablage ...

Le procédé consiste à tremper les pièces dans différents bains; un bain de décapant pour enlever les peintures, le blaxon, les mastics ... mais aussi et surtout (!!!) un bain de dérouillant pour venir à bout de la rouille incrustée dans le métal. Ce dernier point est essentiel car tous les professionnels ne sont pas équipés de bains qui enlèvent correctement la rouille.

Une fois décapé, une phosphatation passive (nettoyage haute pression avec additif) est réalisée en sortie de bain, ce qui permet de conserver les pièces plusieurs jours, voir plusieurs mois sans qu'elles ne rouillent. Il est quand même conseillé de les protéger rapidement.

L'avantage du chimique c'est que cela décape jusque dans les moindres recoins !

IMG_5424.jpg

Le même détail du dossier de siège avant décapage.

P1110794.jpg

Le décapage chimique n'altère pas la tôle, comme cela peut être le cas avec un sablage trop puissant. Pas de risque donc pour les inscriptions sur les jantes avec le chimique. Matching ! c'est la roue de secours d'origine de la 356, voir cette NOTE.

IMG_5427.jpg

Autre avantage du chimique par rapport au sablage pour les jantes, il n'y a pas de risque que des agrégats se coincent dans l'interstice tout le tour de la jante. Ce type de détail ressort parfaitement décapé, ce qui permettra d'assurer une belle finition.

P1130149.jpg

Autre photo avant décapage : les embases de sièges entièrement oxydées.

IMG_4906.jpg

Là encore, le chimique est idéal pour passer dans les moindres recoins.

IMG_5431.jpg

Prochaine étape : apprêt époxy.

06:00 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10 novembre 2013

AVANT ET ''APPRÊT''

Après un long moment à souffler les granulats qui se mettent dans tous les coins et recoins de la caisse, il est temps de la passer en apprêt phosphatant, reconnaissable à sa couleur verte.

Il est temps aussi de voir "l'après sablage", un moment toujours très attendu dans une restauration. Le sablage est une formidable opération à remonter le temps qui permet de retracer l'historique de l'auto ou du moins ce qu'elle a subi durant ces 50 dernières années ! 

Pas vraiment de surprises du côté des longerons, des planchers, de la poutre centrale ... le démontage avait déjà permis de se rendre compte du mauvais état des ces éléments. C'est plutôt sur d'autres parties que le sablage s'est révélé douloureux ...

 

Ancienne trace de réparation sur le côté AR gauche.

IMG_1713.jpg

Plusieurs trous d'anciennes traces de tire-clous sur l'arrière y compris une autre réparation sur l'aile AR droite.

IMG_1714.jpg

Il est encore possible de voir des traces d'oxydation sur certaines tôles comme ici à l'arrière du compartiment moteur où il n'a pas été nécessaire de terminer de sabler. Ces parties seront de toute façon à remplacer par des neuves.

IMG_1722.jpg

 
Avant / Après sablage sur ce coin de longeron AR au niveau du sabot d'emplacement du cric.
 
 
2862355666.JPG

IMG_1720.jpg

Passage de roue AR gauche HS, le droit est identique.

IMG_1719.jpg

Dessus de longeron AR droit et cuvelage des places arrières. Une vraie passoire !

CIMG0008.jpg

Autant il y a des parties comme les dessous des longerons, les planchers où il était possible de voir de la corrosion perforante au moment de l'achat de l'auto sous un pont, autant sur des parties comme ici on ne voit strictement rien !

A méditer quand on achète une 356 ... 

 

Côté AR gauche, même punition.

CIMG0022.jpg

 

Tôle de compartiment AR, des petits trous ... toujours des petits trous !

DSCN2312.jpg

 
Compartiment moteur AR Gauche, le droit est identique.
Là encore une partie indécelable avant démontage des isolants, décapage et sablage.
 

DSCN2316.jpg

A venir ... la partie avant qui n'a rien à envier à l'arrière ! 
 

12:34 Écrit par alphi dans DECAPAGE, TOLERIE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08 novembre 2013

SABLAGE

En 2004, je n’avais pas connaissance de technique de sablage fin basse pression comme l'on peut voir aujourd’hui, même si cela devait certainement exister.

C'est donc avec une certaine appréhension que l’on se lance dans cette opération ! Surtout après une expérience malheureuse sur un premier sablage quelques années auparavant avec du sable où le résultat était loin d’être concluant pour ne pas dire déformant … je me suis donc rapproché d’un professionnel qui m’a surtout conseillé sur le choix du granulat à savoir de la grenaille de laitier de haut fourneau qui est un résidu de fonderie de couleur noire. 

Le risque est bien entendu de déformer la tôle. Au final en prenant son temps sur un we, il n’y a eu aucune déformation sur la 356 et un aspect lisse de la surface de la tôle. Good job ! En réalité, il y a peu de risque de déformation sur les soubassements. Le risque étant essentiellement sur les parties planes comme les panneaux, les ailes ou le pavillon.

Il suffit de prendre son temps pour ces parties là, d’incliner la buse sans trop s’approcher pour ne pas déformer la tôle.

C’est une opération sans difficulté majeure qui est plus pénible que difficile.

DSCN2205-2.jpg

Matériel utilisé :
- sableuse 
- compresseur de chantier
- granulat : grenaille de haut fourneau
- quantité pour une caisse : 800 kg
- temps : 10 heures pour une caisse nue 
- une combinaison, un casque, des gants … et beaucoup d’eau, il fait chaud sous le casque !
 

DSCN2206-2.jpg

Cela en fait des recoins ... 

Pas besoin de sabler certaines parties comme les bas de caisse, le dessous de la poutre, le renfort de train avant ... il faudra tout remplacer ! 

Un tuyau d'air branché sur le casque permet de ''survivre'' sous la chaleur, le bruit et la poussière !

DSCN2213-2.jpg

A faire bien entendu par temps sec quand on a pas de cabine, comme ici en Août 2004 en plein air et surtout penser à traiter la caisse tout de suite après avec un phosphatant ou un apprêt époxy.

On voit bien le granulat de couleur noir dans le compartiment moteur mais on voit surtout l'apparition de petits trous un peu partout ! Gloups ...

DSCN2214-1.jpg

Le pavillon est en bon état mais alors le reste ....

DSCN2207-2.jpg

Un petit coucou ! Pas sûr de bien voir le photographe à cette distance, la visibilité étant réduite !

DSCN2211-1.jpg

Pour finir un petit coup de pub pour un copain du GSR, julien (alias kiko) qui s’est lancé il y a quelques temps dans le sablage fin basse pression, il a déménagé depuis peu du côté de Tours.

http://www.supergom.com

12:50 Écrit par alphi dans DECAPAGE, TOLERIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sablage |  Facebook |

06 novembre 2013

EN ATTENTE DE SABLAGE

prochaine étape : le sablage ''home made''

 IMG_1711-1.jpg 

12:44 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02 novembre 2013

356 RÔTIE A LA BROCHE

Après avoir déposé toute la mécanique,
Il est temps de monter la caisse sur le tourne broche pour continuer le grattage des dessous
En accompagnement : chalumeau & spatule
 
IMG_1709-1.jpg

11:33 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30 octobre 2013

DECAPAGE

Une partie du décapage arrive à sa fin
Il reste encore tout le dessous et c'est loin d'être le plus simple ... et le plus marrant !
 
IMG0011-2.jpg

22:17 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28 octobre 2013

TANT QU'IL Y A DU GAZ ...

on continue le décapage à la flamme

 

IMG_1541.JPG

 

22:09 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

GROS PLAN

un grand classique !

IMG_1538.JPG

21:57 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

COTE CONDUCTEUR

IMG_1532.JPG

 

IMG_1533.JPG

21:51 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

CHALUMEAU & SPATULE

La méthode ''chalumeau et spatule'' est relativement efficace pour décaper la peinture, les mastics, les antigravillons
 
IMG_1537.JPG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Après quelques heures ... elle est nettement moins présentable !
IMG_1530-1.jpg

21:42 Écrit par alphi dans DECAPAGE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |